Accueil >>
EQUIPES DE FRANCE >> Volley-Ball >> Masculins >> Le Groupe France
 
    Olivier MAURELLI - Préparateur Physique

Né le 22 juillet 1970 à St Raphaël

 

 
 Un handballeur en équipe de France de volley-ball, c’est possible ! Laurent Tillie l’a voulu en faisant appel en 2013 aux services d’Olivier Maurelli pour prendre en charge la préparation physique des Bleus. Auparavant, ce dernier avait connu une première vie de joueur professionnel, passé par l’OM-Vitrolles, Bordeaux, Paris, Montpellier, Nîmes et Istres avec en point d’orgue la victoire en Coupe des Coupes en 1993 avec l’OM de Jean-Claude Tapie, quatre jours après le sacre des footeux de Bernard Tapie en Ligue des champions. « On avait défilé sur la Canebière et le Vieux Port avec eux, un souvenir énorme. » Une fois la page tournée, l’ancien international (50 sélections avec la génération des Barjots) se reconvertit dans la préparation physique, en créant sa société, ce qui lui vaut de passer de l’équipe de France de karaté à celle de ski alpin, en passant par le GIGN, la Coupe de l’America, les équipes de rugby de Béziers, de foot d’Arles-Avignon, de hand de Montpellier, où Laurent Tillie vient le chercher et où il a continué dans un premier temps à officier. « Il avait suivi mon parcours, il avait envie d’avoir quelqu’un qui ne vienne pas du monde du volley pour apporter une touche différente. » En quelques années, Olivier a su adapter son métier aux spécificités du volley : « Les différences avec le hand, c’est qu’il n’y a pas de contacts et moins de sollicitations de type courses car l’espace est plus restreint ; en revanche, il y a beaucoup plus de sauts et de changements de direction. Au niveau des joueurs, on est sur même type de personnages, à savoir des gens très simples d’approche qui ne demandent qu’à travailler. » En 2017, Olivier Maurelli fait le grand saut et quitte le hand pour ne se consacrer qu’à la FFVolley, en charge de toute la filière, afin de faire en sorte qu’à tous les échelons de la formation, les mêmes méthodes soient appliquées en matière de préparation physique. « Nous avons besoin de travailler sur notre vivier pour faire en sorte que les jeunes, quand ils arrivent au CNVB puis aux portes de l’équipe de France, aient déjà un bagage physique important ».

L’œil de Laurent Tillie : « Olivier vient du handball, je voulais mettre la dimension physique de ce sport dans le volley. Il a une très bonne organisation du travail, est très proche du groupe, il arrive à faire passer les séances difficiles auprès des joueurs. »