Accueil >>
EQUIPES DE FRANCE >> Volley-Ball >> Masculins >> Le Groupe France
 
 

Trévor CLEVENOT– N°17 – Récep / Attaque


Date de naissance : 28/06/1994 à Royan

Taille : 1m99
Poids : 89 Kg
Hauteur d’attaque : 3m 35
Hauteur de block : 3m16

Clubs :
2018-2020 : Milan (Ita)
2016-2018 : Piacenza (Ita)
2015-2016 : Spacers Toulouse
2012-2013 à 2014-2015 Spacer's Toulouse

------------------------------------------
Palmarès international
2018 : Médaille d'argent Volleyball Nations League
2017 : Médaille d’Or Ligue Mondiale
2016 : Médaille de bronze Ligue Mondiale
2015 : Vainqueur de la Ligue Mondiale
2011 : Vice Champion d’Europe cadets
2011 : 4ème au Championnat du Monde Cadets
2013 : 4ème au Championnat du Monde juniors
 
Chez les Clevenot, le volley se partage en famille : le père de Trévor, Alain, a en effet été international, sa mère et ses frères ont aussi pratiqué le volley, tandis que lui a commencé au début de l’adolescence après avoir d’abord touché au football, défenseur central dans les équipes de jeunes des Girondins de Bordeaux et du FC Nantes. « A un moment, l’état d’esprit ne m’emballait plus trop, je me suis mis au volley à Saint-Jean-d’Illac ». L’ambiance lui a tout de suite plu, ses qualités naturelles, développées en famille sur la plage lors des vacances estivales, lui ont permis de progresser rapidement, au point de connaître ses premières sélections en équipe de France jeunes, vice-champion d’Europe cadets en 2011. « Une grosse étape dans mon parcours. Cette expérience m’a permis d’avoir un premier aperçu du haut niveau et m’a donné envie de convertir ça plus tard ».
Un an après, Trévor rejoint Toulouse, un club réputé pour faire confiance aux jeunes, où il gravit les échelons avant de tenter le pari de l’étranger, en Italie, à Piacenza. Pari réussi avec deux saisons pleines qui l’ont installé parmi les meilleurs réceptionneurs-attaquants de la Super Lega et lui ont permis de signer à Milan, où, sous les ordres de la « légende » Andrea Giani, il a confirmé, élu plusieurs fois MVP pendant la saison 2018/2019, alors qu'il sortait d'une sérieuse blessure à l'épaule. « Je suis très content de cette expérience en Italie, on m’a fait confiance à Piacenza, puis à Milan. Le fait de m’avoir fait signer deux ans est la preuve qu’ils avaient envie de moi, au moins sur le moyen terme, ça m’a mis en confiance, d’autant que je ne suis pas arrivé dans un parfait état du fait de ma blessure. »
En équipe de France aussi, la progression a été rapide : le réceptionneur/attaquant, par ailleurs titulaire d’une licence de Commerce du Sport, n’a, depuis ses débuts en 2015, quasiment plus quitté le groupe (en dehors de l’Euro 2015 qu’il a vécu « au taquet » devant sa télévision), participant à l’aventure olympique de Rio. « Cela reste un bon et un mauvais souvenir : le bon de me dire qu’on a participé à un événement exceptionnel, c’est une expérience qu’il faut vivre dans une carrière ; et une déception parce que nous n’avons pas fait les Jeux que nous voulions, mais c’est une source de motivation pour la nouvelle olympiade ».
Une nouvelle olympiade qu’il a abordée avec un statut différent, conscient que sa progression constante, son expérience acquise en Italie et son été 2017 convaincant en font désormais un joueur cadre du groupe, même s'il n'a pas pu jouer le Championnat du monde 2018 à cause de sa blessure. Une compétition que les Bleus ont fini à la 7e place, ce qui fait dire à Trévor Clevenot : « Il va falloir rebondir pour le Championnat d’Europe en France où, je pense, nous aurons une bonne pression. Le fait d’avoir nos supporters derrière nous va nous booster, il faut le prendre de cette manière et s’en servir comme une arme qui va nous donner encore plus d’énergie ».

Un surnom : « Trésor ! »

Trévor et le sport : « Je regarde tout ce qui passe à la télé, le tennis, le basket avec une préférence pour la NBA, le foot... Je suis supporter du PSG et j’apprécie particulièrement Thiago Silva, qui évolue en défense central, au poste où je jouais, enfant. J’adore l’assurance qu’il dégage, c’est vraiment le boss. Sinon, en tennis, je suis admiratif de Roger Federer qui arrive à maintenir un niveau de jeu exceptionnel pendant des années, c’est impressionnant ».

L’œil de Laurent Tillie : « Trévor a été bluffant dans sa progression, c’est un joueur qui s’inscrit dans la durée. Il est toujours à l’écoute, il était un peu effacé au début parce que c’était le dernier arrivé, mais il s’est très bien intégré au groupe. Dans le jeu, il a besoin de travailler la réception pour être plus fluide, en revanche, il dégage puissance et intelligence en attaque. Ses trois dernières saisons ont été bluffantes en Italie ».