Accueil >>
EQUIPES DE FRANCE >> Volley-Ball >> Féminines >> Le Groupe France
 
  #1 CAZAUTE Helena

Date de naissance : 17 décembre 1997

Club 2017-2019 :RC Cannes
2014-2017 : Béziers
2013-2014 : IFVB
2005-2013 : Gruissan

Palmarès en club
2018 : Vainqueur de la Coupe de France
Vice Championne de France avec Cannes
2016 : Vice Championne de France avec Béziers

Autre palmarès
2013 : Vice Championne de France de Beach Volley

 


Née dans une famille de sportifs - « ma mère a joué jusqu’en N1 à Montpellier puis m’a entraînée à Gruissan jusqu’à mon départ à l’IFVB, mes deux sœurs ont également évolué en N1, l’une passeuse, l’autre libero, mon père était rugbyman puis s’est mis au volley, il est devenu président du club de Gruissan » -, Helena Cazaute a naturellement emprunté cette voix, initiée au volley dans le club familial avant de passer un an à l’IFVB de Toulouse et de signer son premier contrat professionnel à même pas 18 ans, non loin de la maison, à Béziers.
« Rapidement, j’ai réussi à grappiller du temps de jeu, je suis devenue titulaire dès la deuxième année. Je remercie le club, parce que ce n’était pas évident de faire confiance si tôt à une jeune joueuse », confie avec son accent méditerranéen la réceptionneuse-attaquante, qui s’impose très vite comme l’une des meilleures joueuses de la Ligue A, avant de subir un coup d’arrêt en décembre 2016, victime d’une rupture des ligaments croisés du genou qui la contraint à mettre un terme prématuré à sa troisième année avec les Angels et à tirer un trait sur la saison internationale 2017.
Elle en profite cependant pour passer son BPJEPS, avant de signer à Cannes où, de son propre aveu, elle « se sent super bien » et retrouve peu à peu son niveau, ce qui lui permet de contribuer à la victoire du Racing en Coupe de France en mars 2018 et de retrouver une équipe de France qu’elle côtoie depuis 2015 après être passée par toutes les sélections de jeunes. Une équipe dont l’ambition est de progresser pour être performante aux Jeux Olympiques de Paris 2024, un projet qui tient à cœur de la jeune femme, qui aura 26 ans en 2024. « C’est super que ce projet existe, ça nous met un coup de boost. Le fait qu’Emile Rousseaux soit là sur la durée est vraiment quelque chose qui nous rassure, on se dit que les bases sont solides pour le futur, on sait sur quoi on va s’appuyer, on sait aussi qu’on va devoir beaucoup travailler pour atteindre l’objectif. Les garçons font parler d’eux, c’est un exemple à suivre, ils ont commencé au même niveau que nous, à nous de faire parler de nous, je pense que nous en sommes capables». Résolument ambitieuse, « La Caze » se fixe des objectifs élevés, en équipe de France, mais aussi en club, son but étant de franchir les Alpes et d’évoluer en Italie : « J’ai envie de voir plus grand ». Si elle parvient à jouer en Serie A1, elle pourra aussi s’initier aux saveurs de la gastronomie locale, elle qui confie une passion pour la cuisine :
« A Cannes, on fait des paris aux entraînements, et celles qui perdent doivent ramener un gâteau, je suis une des premières à rater pour faire un gâteau », sourit-elle.


Cliquez sur la photo pour la télécharger en HD - crédit photo :JM Hervio