Accueil >>
EQUIPES DE FRANCE >> Volley-Ball >> Féminines >> Le Groupe France
   
  #7 DAVIDOVIC Lara

 Date de naissance :13 décembre 1997

Club 2018-2019 :Stade Français Paris Saint Cloud
2012-2018 : ASPTT Mulhouse

Palmarès en club
2017 : Championne de France


Originaire du Beaujolais où ses parents, anciens internationaux yougoslaves (de hand pour son père, devenu ensuite entraîneur de club en France, de volley pour sa mère), ont posé leurs valises en 1992, Lara Davidovic, après s’être justement essayée au hand, a finalement opté pour le volley, débuté à l’âge de 10 ans à l’ASPTT Mulhouse, en 2007. Les gènes familiaux font merveille, puisqu’elle joue dès 13 ans en Nationale 2 avec le club alsacien et intègre un an plus tard les entraînements de l’équipe professionnelle dirigée par Magali Magail ! « Je garde un grand souvenir de ma première rentrée en Ligue des champions, le 22 novembre 2012, à Busto Arsizio, qui avait une très grosse équipe, avec notamment Christina Bauer ». Une Christina Bauer dans les pas desquels elle a d’ailleurs marché, puisque comme son aînée devenue coéquipière en équipe de France, Lara est passée par le club de Kingersheim, le Pôle Espoirs de Mulhouse, l’ASPTT et les sélections nationales jeunes. « Christina est un exemple qui doit nous inspirer, elle a joué dans beaucoup de gros clubs à l’étranger, j’aimerais bien avoir le même parcours qu’elle », explique celle qui, comme sa partenaire en équipe de France, est « fière » de sa double culture : « Mon père est originaire du Monténégro, ma mère de Serbie, toute ma famille est de là-bas, c’est très important pour moi d’y retourner régulièrement ».
En attendant de, peut-être, jouer un jour à l’étranger, c’est au Stade Français Paris-Saint-Cloud que la pointue, capable également de jouer réceptionneuse-attaquante - « J’ai souvent insisté auprès de mes coachs pour continuer la réception en entraînement, c’est un geste important » -, a choisi de poursuivre sa carrière. « Cela faisait onze ans que j’étais à Mulhouse, j’avais envie de voir autre chose, de m’intégrer dans un autre projet sportif, avec la possibilité d’avoir du temps de jeu. C’est important de se montrer et de jouer pour progresser », explique celle qui a fini en mai 2018 un BTS Assistant Manager et confie une passion pour la lecture avec une prédilection, partagée avec plusieurs de ses coéquipières en sélection, pour les romans de Guillaume Musso.
Du temps de jeu en club, c’est ce que souhaite pour les joueuses de l’équipe de France Emile Rousseaux, responsable du projet Génération 2024, un projet dans lequel Lara espère bien s’inscrire : « C’est un projet très ambitieux, c’est une énorme fierté de recevoir les Jeux Olympiques en France et une chance incroyable pour nous de pouvoir participer à cette compétition qui est un rêve pour tout sportif. Je vais tout faire pour faire partie de l’aventure ». Et si possible en famille : « Mon rêve serait de disputer ces Jeux Olympiques avec ma sœur Iva, qui est internationale junior ».