Accueil >>
EQUIPES DE FRANCE >> Volley-Ball >> Féminines >> Le Groupe France
      
  #15 SYLVES Amandha             

Date de naissance : 29/12/2000

Clubs
2019 : Nantes VB



Si ce n’est la taille, rien ne prédisposait Amandha Sylves à jouer au volley et c’est par un coup du hasard qu’elle a tapé dans ses premiers ballons : « J’ai été repérée dans la rue sur l’île de Saint-Martin par quelqu’un qui passait en voiture et m’a proposé de venir essayer le volley, parce que j’étais assez grande, je devais avoir 11-12 ans », se souvient l’intéressée qui, auparavant, avait goûté au judo en Guadeloupe puis au tennis à Saint-Martin. Les premiers pas sont cependant loin d’être probants : « Au début, ça ne me plaisait pas trop, je n’aimais pas recevoir le ballon sur moi. Je me faisais d’ailleurs engueuler par mes coéquipières et mes entraîneurs, parce que je m’écartais pour éviter les ballons plutôt que de les réceptionner, c’était inimaginable que le ballon me touche ! En plus, il fallait faire de la muscu, du cardio beach sur la plage à n’importe quelle heure, c’était épuisant ! »
Reste que les qualités de la grande Guadeloupéenne tapent vite dans l’œil des formateurs antillais qui lui proposent alors d’intégrer un Pôle Espoir en métropole, plus particulièrement celui de Boulouris, où le risque de choc climatique est moins grand. Mais là encore, les débuts ne sont pas idylliques : « Quand je suis arrivée en métropole, les coachs se sont dit : « Ah ouais, il y a tout à refaire avec elle. » J’avais honte, je ne voulais plus rester, je suppliais ma mère de rentrer. Mais les coachs ont tout fait pour que je m’accroche, ils savaient que si je retournais chez moi, même pour des vacances, j’étais capable de ne pas revenir, et c’était vrai. A côté, j’étais consciente que ma mère avait fait des sacrifices pour que je parte en pôle, donc je me disais qu’il fallait que je me batte pour elle. » Elle a bien fait, puisqu’elle intègre par la suite l’IFVB avec ses copines de Boulouris, Mahé Mauriat, Amélie Rotar, Marie Andriamaherizo, Jade Cholet, puis fait ses débuts en Ligue A avec l’équipe du Pôle Junior lors de la saison 2018/2019. « Le fait d’avoir disputé ce championnat nous a permis de prendre conscience du niveau qui nous attendra en club, c’était aussi l’occasion pour les autres équipes de nous repérer », confie la centrale, qui, de temps en temps, dépanne à la pointe, un poste qu’elle apprécie aussi. « On touche plus de ballons et on peut bourriner un peu, se libérer en tapant dans la balle », sourit-elle.
Ses débuts en Ligue A n’ont en tout cas pas échappé aux dirigeants du Volley-Ball Nantes, qui lui ont offert son premier contrat professionnel pour la saison 2019/2020, à seulement 18 ans. « Il y a un peu d’appréhension, mais surtout de l’excitation, j’ai hâte d’y être, d’autant que Nantes dispute la Ligue des champions. »
Avant cela, il y a un EuroVolley 2019 à jouer, compétition pour laquelle Amandha a gagné sa place lors de la préparation. « Je suis contente d’avoir été sélectionnée, c’est bon à prendre de participer à sa première grande compétition internationale avec des joueuses d’expérience, et même si je ne suis pas titulaire, je veux montrer que je suis capable d’apporter quelque chose à l’équipe », confie celle qui estime beaucoup progresser au contact du sélectionneur Emile Rousseaux : « Il est exigeant, nous demande toujours de nous surpasser en nous faisant sortir de notre zone de confort. Il ne veut pas qu’on soit des princesses, mais c’est pour notre bien. »