Accueil >>
EQUIPES DE FRANCE >> Volley-Ball >> Féminines >> Le Groupe France
       
  #20 JEANPIERRE Lisa

Date de naissance : 28 juillet 1999

Club 2017-2019 : ASPTT Mulhouse
2014-2017 : IFVB


 Encore une Alsacienne en équipe de France ! Comme Christina Bauer, Lara Davidovic ou Léa Soldner, Lisa Jeanpierre est passée par le club de Kingersheim, où elle a débuté le volley à 7 ans. « Il y avait un papier dans la boîte aux lettres qui proposait plusieurs sports, je me suis dit que j’allais essayer le volley, j’étais déjà assez grande, ça m’a plu. Kingersheim était un bon club formateur, j’ai pu bien progresser ». Une progression qui lui permet d’intégrer le Pôle Espoirs de Mulhouse un an puis de passer trois ans à l’IFVB de Toulouse, avec l’ambition chevillée au corps de devenir professionnelle : « Quand j’étais petite, j’allais voir jouer l’ASPTT Mulhouse, le volley est vite devenu une passion, je me suis toujours dit que j’aimerais bien être volleyeuse, ça s’est vraiment concrétisé lorsque j’ai eu la possibilité d’intégrer l’IFVB, c’est à ce moment que je me suis dit que je pourrais en faire mon métier ». Le rêve devient réalité quand elle signe en 2017 son premier contrat à Mulhouse, à 18 ans, et dispute son premier match pro contre Béziers. « C’était pour moi une fierté, mais aussi un aboutissement, parce que c’est ce que je voulais. J’étais rentrée sur un service, j’avais été étonnée, parce que je ne pensais pas que Magali (Magail) allait me faire confiance tout de suite. J’ai ensuite aussi fait des entrées en Champions League, je ne pensais pas avoir autant ma chance, j’espère que ça va continuer ».
Les choses s’accélèrent encore à l’issue de cette première saison, puisque, après avoir été capitaine de l’équipe de France juniors pendant deux ans, la jeune réceptionneuse-attaquante, tout juste lauréate d’un Bac ES mention Bien, intègre la « grande » équipe de France pour la saison internationale 2018. « Je ne pensais pas qu’au bout de ma première année en pro, j’allais me retrouver en équipe de France, c’est du bonus, je le prends comme un plus, ça me permet de progresser, je vais tout faire pour y rester », savoure-t-elle, avant d’ajouter lorsqu’elle évoque sa toute première Marseillaise en Hongrie, en European Golden League : « C’était assez fort, parce que j’avais Eva Elouga à côté de moi, on est ensemble depuis que nous sommes petites en sélection, ça faisait bizarre de se retrouver en A, en plus j’étais titulaire, j’ai ressenti beaucoup d’émotion ». Et des émotions, Lisa espère bien en vivre dans les années qui viennent avec cette jeune équipe de France tournée vers le Graal que constituent les Jeux de Paris 2024. « J’aurai 25 ans, c’est un gros objectif pour moi ; dans ma famille, on en parle beaucoup, maintenant, il va falloir beaucoup travailler, c’est comme ça qu’on va progresser ».