Accueil >>
HOME
20/06/2018
Jeux Méditerranéens-Marc Francastel : « Un beau challenge à relever »
C’est avec des ambitions de podium que l’équipe de France masculine aborde les 18e Jeux Méditerranéens à Tarragone dans une poule composée de la Croatie (samedi, 10h) et de l’Algérie (lundi 11h). Entraîneur des A’ tricolores, Marc Francastel évoque la préparation et les objectifs.
Comment avez-vous composé votre groupe pour les Jeux Méditerranéens ?
Il est constitué des joueurs qui ont participé au camp d’entraînement, qui a débuté en mai. Cette année, nous avons eu 50 candidats, c’est énorme. Avec Laurent Tillie, nous avons fait une première sélection de vingt personnes pour participer à tout le programme et à partir de cette liste, j’ai composé une sélection de douze joueurs pour participer aux Jeux Méditerranéens. C’est un mixte de joueurs qui ont évolué en A, comme Yacine Louati et Daryl Bultor, d’autres qui ont déjà un peu bourlingué avec nous sur des compétitions comme les Jeux Européens ou les Universiades, et de plus jeunes qui sont en train de percer dans leurs clubs en Ligue A, comme Kévin Kaba ou Joachim Panou.

Comment expliquez-vous le succès du camp d’entraînement ?
Je pense que le message commence à bien passer au niveau des entraîneurs, des agents et des joueurs. Les joueurs disent à leurs coéquipiers que ça vaut le coup de venir travailler car ils repartent ensuite avec un meilleur niveau, il y a aussi à prendre en compte la réussite de certains qui sont passés par le camp et ont intégré par la suite l’équipe de France A. Tout ça explique ces 50 candidatures. Maintenant, il faudra que nous soyons capables d’y répondre l’an prochain en proposant peut-être une offre un peu plus large, c’est un beau challenge.

Ce camp d’entraînement attire aussi les techniciens, puisque cette année, Brice Donat, l’entraîneur de Poitiers, est à vos côtés sur les Jeux Méditerranéens…
Oui, depuis que nous avons créé le camp, des techniciens viennent, nous avons eu une année Giampaolo Medei pendant six semaines, on sait où il est aujourd’hui (Lube Civitanova) ; Cédric Enard, qui est aux côtés de Laurent en équipe de France, a fait six ou sept étés et cette année, il y a effectivement Brice Donat, mais aussi Stéphane Sapinart (coach de Toulouse) et Thomas Royer (adjoint à Tours) qui sont venus travailler… C’est aussi un lieu d’échanges et de travail en commun avec les entraîneurs professionnels, c’est très intéressant.

Parlons de ces Jeux Méditerranéens : quels seront les objectifs de l’équipe de France ?
Ils seront les mêmes que depuis l’arrivée de Laurent, à savoir qu’il faut que le triptyque Podium-Performance-Permanence continue à être d’actualité. Nous avons un groupe qui doit essayer d’aller le plus loin possible et de revenir avec une médaille. Maintenant, on sait que ce sera difficile, parce que c’est une compétition d’un très bon niveau avec beaucoup d’équipes A présentes, je pense à l’Espagne, au Portugal, à la Tunisie, à la Croatie, qui sera dans notre groupe et vient de gagner la Silver European League en disputant huit matchs officiels, il y a aussi des valeurs sûres comme l’Italie… Nous, on a travaillé mais on n’a pas joué, donc la plus grosse difficulté que nous allons sans doute avoir à gérer, c’est le rythme autour de la compétition et les repères que nous n’avons pas en match. Mais c’est un beau challenge à relever.

Les 12 joueurs sélectionnés pour les Jeux Méditerranéens :
Passeurs : Thomas Nevot (Tours), Hugo Caporiondo (Montpellier)
Réceptionneurs-attaquants : Luka Basic (Toulouse), Timothée Carle (Ajaccio), Yacine Louati (Chaumont), Julien Winkelmuler (Mennen/Belgique)
Pointus : Joachim Panou (Montpellier), Jordan Corteggiani (Latina/Italie)
Centraux : Kévin Kaba (Montpellier), Daryl Bultor (Montpellier), Quentin Jouffroy (Tours)
Libero : Ludovic Duée (Montpellier)

Le staff : Marc Francastel (entraîneur), Brice Donat (entraîneur adjoint), Aurélie Ribaut (médecin), Romain Raulet-Orfanotti (préparateur physique), Jordane Coste (statisticien), Bertrand Leys (team manager).