Accueil >>
HOME
24/08/2018
Mémorial Wagner : Les Bleus battus par la Russie
Pour son premier match dans le tournoi amical organisé à Cracovie, l'équipe de France a buté sur une sélection russe toujours aussi solide (16-25, 25-23, 20-25, 24-26). Prochain match ce samedi contre la Pologne.
Après une vingtaine de jours d'intense travail physique et collectif en vue du Championnat du monde 2018 en Bulgarie et en Italie (du 9 au 30 septembre), l'équipe de France masculine dispute tout le week-end un tournoi amical en Pologne, le Mémorial Wagner, avec trois rencontres au programme. Et dès leur premier match, les Bleus se sont vus proposer un premier gros test dans leur préparation, face à la redoutable Russie, qui les avait privés du titre en finale de la dernière Volleyball Nations League, en juillet dernier à Lille (0-3). Ce samedi à Cracovie, les Bleus ont mieux résisté et réussi à prendre un set, mais il n'ont pas trouvé la solution pour vaincre l'armada russe.

Avec une équipe de départ composée de Thibault Rossard, Jean Patry, Kévin Le Roux, Earvin Ngapeth, Nicolas Le Goff, Benjamin Toniutti et Jénia Grebennikov en libéro, la France mène 3-1 d'entrée avant d'encaisser sept points de suite. Beaucoup plus percutants en attaque et performants au bloc, les Russes dominent le début de partie. Les Bleus reviennent bien à 10-13, mais l'excellent Maksim Mikhailov et ses partenaires prennent ensuite le large (13-21). Malgré les entrées en fin de set de Julien Lyneel et Antoine Brizard, à la place de Rossard et Toniutti, les Tricolores ne trouvent pas la solution face à la muraille russe au bloc, incarnée par le géant Dmitriy Musyerskiy (2,18 m). Logiquement, les hommes de Sergey Shlyapnikov remportent la première manche (16-25).

Le scenario semble se répèter dans le deuxième set. Les Bleus mènent 4-2, mais rapidement les Russes, toujours aussi diaboliques au bloc, repassent devant. Les vainqueurs de la VNL 2018 commencent ensuite à se détacher (6-10), mais les Français s'accrochent. Gardé sur le terrain par Laurent Tilie depuis la fin du premier set, Julien Lyneel sonne la révolte et sa combativité déteint sur ses partenaires, de plus en plus concentrés et patients en attaque. La France finit ainsi par recoller au score (18-18) pour s'offrir une fin de manche au couteau. Les deux équipes se tiennent jusqu'à 23-23, avant qu'Earvin Ngapeth ne fasse basculer les débats en faveur des siens. Face à plusieurs de ses futurs coéquipiers en club au Zenit Kazan (Mikhailov, Verbov, Volvitch, Butko), la star des Bleus place deux attaques consécutives aussi subtiles qu'assassines, et les Bleus égalisent à un set partout (25-23).

Sur leur lancée, les Français débutent parfaitement le troisième set. Notamment portés par un Jean Patry déchaîné et omniprésent, les hommes de Laurent Tillie font preuve d'un coeur énorme en défense et réussissent un premier break à 10-7. Mais les Russes ont de la ressource et vont bien vite recoller sur une superbe série de services de Dmitriy Volkov (15-15). Le très talentueux réceptionneur-attaquant va même permettre aux champions d'Europe en titre de prendre l'avantage (15-17), pour ne plus le lâcher dans cette manche, finalement remportée 20-25.

Dès le début du quatrième set, Laurent Tillie et son staff font tourner leur effectif, avec les entrées de Kevin Tillie et de Daryl Bultor et les retours d'Antoine Brizard et de Thibault Rossard. La physionomie du match ne change cependant pas vraiment, avec des Russes toujours monstrueux au bloc et létaux en attaque, et une équipe de France toujours aussi décidée à ne rien lâcher. Si Egor Kliuka donne un break d'avance aux siens (6-9), les Français restent ensuite en embuscade, à un ou deux points d'écart. Un joli bloc d'Antoine Brizard leur permet même de revenir à hauteur (16-16). La fin de set est donc très serrée et on se prend à penser que les Bleus peuvent aller chercher le tie break. Les stars russes Mikhailov et Volkov vont cependant clore l'affaire sur le fil en enchaînant deux magnifiques attaques (24-26). Une nouvelle fois défaite par l'ogre russe, la France aura à coeur de se relancer ce samedi (14h) face au pays hôte de ce tournoi, la Pologne.

Laurent Tillie, entraîneur de l'équipe de France : "
On a très mal commencé le match, on était un peu bloqués, les pieds au sol, on sentait la fatigue dans les mollets. On s'est fait agresser dans tous les secteurs du jeu et ce que j'ai bien aimé, c'est notre réaction. Tout doucement, on est revenu dans le match et on a réussi à gagner le deuxième set, puis à jouer à armes égales dans les deux sets suivants. Ce qui est intéressant, lorsqu'on affronte ce genre d'équipe, c'est qu'on apprend toujours quelque chose, parce qu'ils nous mettent une pression constante, que ce soit au service, à l'attaque ou au bloc. Aujourd'hui, ils ont été très forts au bloc, mais ça nous a permis d'essayer de trouver des solutions à l'attaque ou à la passe, de travailler le soutien et la reconstruction. Maintenant, on a du travail, on sait qu'on a joué une des meilleures équipes au monde. Contre un adversaire aussi fort, on a peu de chances de gagner, mais il faut les jouer à fond et essayer d'élever notre niveau de jeu, ce qu'on a fait par rapport au début de match. C'est dans la difficulté qu'on avance. Maintenant, il faut nous préparer pour la Pologne, on n'a pas beaucoup de temps de récupération, donc ça va être compliqué, mais ça fait partie du jeu. On fera forcément un peu de turnover, on va essayer de gagner et de donner du temps de jeu à tout le monde."