Accueil >>
HOME
25/08/2018
Mémorial Wagner : Les Bleus s'inclinent sur le fil
Moins de 24 heures après sa défaite contre la Russie, la France s'est inclinée face à la Pologne (28-30, 25-21, 25-22, 21-25, 13-15). Troisième et dernier match dimanche contre le Canada.
Battue par la Russie vendredi soir au terme d'un combat intense, l'équipe de France masculine avait deux objectifs pour son deuxième match dans le Mémorial Wagner. Face au pays hôte de ce tournoi amical, la Pologne, les Bleus voulaient renouer avec le succès, mais aussi faire tourner l'effectif, une nécessité imposée par le temps de récupération très réduit entre les deux matchs. Ce samedi après-midi à Cracovie, le turnover a été au rendez-vous, le niveau de jeu aussi, mais pas la victoire, les Tricolores ayant fini par céder en cinq manches. A un peu plus de deux semaines du début du Championnat du Monde 2018 en Bulgarie et en Italie (9-30 septembre), les Bleus ont pu constater qu'il leur restait du travail à accomplir pour optimiser leur potentiel, mais aussi qu'ils étaient d'ores et déjà capables de se montrer, par séquences, injouables pour l'adversaire.

L'équipe de France débute la rencontre avec un seul changement par rapport au six de départ  aligné contre la Russie : Kévin Tillie à la place de Thibault Rossard. Jean Patry, Kévin Le Roux, Earvin Ngapeth, Nicolas Le Goff, Benjamin Toniutti et le libéro Jénia Grebennikov conservent donc leur places de titulaires et entament plutôt bien la partie, face à une équipe polonaise décidée à faire plaisir à son public. Le premier set est particulièrement disputé, aucun des deux adversaires ne parvenant à prendre plus de deux points d'avance jusqu'à une grosse série polonaise au bloc, notamment sur Earvin Ngapeth, qui leur permet de passer de 14-13 à 14-18. L'avantage semble conséquent, mais les Bleus vont revenir en affichant une belle intensité et une application de tous les instants, tandis que le bras tremble quelque peu côté polonais (24-24). La fin de la manche atteint des sommets de suspense, mais c'est finalement la Pologne qui empoche la mise (28-30).

Malgré la perte du premier set, les Bleus sont désormais bien entrés dans leur match et haussent le ton dès le début du deuxième acte (2-0, puis 4-1). Avec Jean Patry et Kevin Tillie en finisseurs et Kévin Le Roux et Nicolas Le Goff omniprésents au bloc, les Français gèrent ensuite cette avance tout au long de la manche. Alors que les Polonais sont branchés sur courant alternatif, entre coups d'éclat et fautes grossières, la maîtrise est bel et bien tricolore. Jamais vraiment inquiétés dans le deuxième set, les Bleus égalisent avec autorité (25-21). Laurent Tillie opère plusieurs changement dès le début de la troisième manche, avec les entrées de Julien Lyneel, Antoine Brizard, Thibault Rossard et Daryl Bultor, mais cela n'empêche pas les Bleus de poursuivre sur le même ton. Toujours aussi concentrés, patients en attaque et solidaires en défense, les Tricolores s'envolent au score, tandis que le champion du monde en titre semble lâcher prise (8-5, puis 13-8). Vital Heynen, l'entraîneur belge de la Pologne, tente bien de réveiller ses joueurs, mais si ceux-ci se relèvent quelque peu, ils ne peuvent empêcher la France de basculer en tête (25-22).

Laurent Tillie garde les mêmes joueurs sur le terrain pour le quatrième set, que les Polonais attaquent avec beaucoup de détermination. Le public de la Tauron Arena de Cracovie pousse ses joueurs et si les Français ne se laissent pas distancer, ce sont bien le prodige Jakub Kochanowski (21 ans, MVP du Championnat du monde U21 en 2017) et ses partenaires qui font la course en tête dans cette quatrième manche (6-8, puis 13-16). Les Bleus fatiguent quelque peu et ne parviendront pas à recoller (21-25). Galvanisés, les Polonais remportent les trois premiers points du tie break, mais les Français, avec la même composition d'équipe que dans les deux sets précédents, se font violence pour recoller immédiatement (3-3). Le "fighting spirit" des Tricolores leur permet ensuite de faire le break (8-6), mais la Pologne revient une nouvelle fois (10-10) et fait à son tour le break sur une action de funambule d'Artur Szalpuk. Doublement décisif, le réceptionneur-attaquant âgé de 23 ans donne finalement la victoire à la Pologne sur une attaque pleine de sang froid (15-13 dans le tie break). La défaite est forcément frustrante pour les Bleus, qui affronteront le Canada dimanche (14h) pour retrouver le goût de la victoire.