Accueil >>
HOME
03/09/2018
Euro U19 (F) - La France bute sur la Serbie
L'équipe de France féminine des moins de 19 ans n'a rien pu faire contre la Serbie, victorieuse en trois sets (20-25, 11-25, 20-25).
Battue par la Slovaquie samedi en ouverture en quatre sets, puis par la Russie dimanche, encore en quatre manches, l'équipe de France féminine U19 a concédé une troisième défaite dans la poule II du Championnat d'Europe organisé en Albanie. Ce lundi à l'Olimpik Park de Tirana, la Serbie était tout simplement trop forte pour les Juniores, qui ont encore deux matchs à jouer (contre l'Allemagne et la Turquie) pour tenter de renouer avec la victoire.

Pendant les 20 premières minutes du match, les joueuses de Philippe Salvan font pourtant jeu égal avec les Serbes, quatrièmes de l'Euro U18 l'an passé. Mais les Tricolores connaissent un gros passage à vide de six points, de 15-14 en leur faveur à 15-20 pour leurs adversaires, qui leur coûte la première manche (20-25). Dans le deuxième set, les Serbes sont sur un nuage (une seule faute sur la manche) et ne laissent aucune chance aux Françaises (11-25).

A nouveau menées dans le troisième set (6-9, puis 10-16), les Juniores ont le mérite de s'accrocher jusqu'au bout, mais la Serbie garde la tête froide et conclut la partie sans trembler (20-25).
 Nettement plus performantes au service (12 aces, contre seulement 2 pour la France) et plus régulières dans le jeu (16 fautes au total, contre 25 pour les Françaises), les Serbes décrochent une victoire qui maintient leurs chances de qualification pour les demi-finales (2e du groupe derrière la Russie, à égalité avec l'Allemagne).

Pour sa part, la France a quasiment perdu tout espoir d'accéder au dernier carré. Après un jour de repos ce mardi, les Juniores tenteront mercredi contre l'Allemagne (20h) de décrocher une première victoire dans cet Euro U19, un succès qui relancerait également leurs chances de participer aux matchs de classement de la 5e à la 8e place.

Philippe Salvan, entraîneur de l'équipe de France : "Stratégiquement, les Serbes ont appuyé là où ça fait mal dans notre jeu. Elles sont venues nous chercher. Elles avaient un plan de jeu qui était de bloquer nos deux meilleures attaquantes (Manon Moreels et Amélie Rotar) et nous avions un plan de jeu qui était de bloquer leur deux meilleures attaquantes. Elles ont mieux réussi à le suivre que nous. On a joué par intermittence, et le haut niveau réclame plus que ça. Offensivement et au bloc-défense, on a par moments été trop approximatifs. Pour battre une équipe comme la Serbie, il faut garder un haut niveau d'exigence tout au long de la partie, ce sont les erreurs d'inattention qui font la différence. C'est un apprentissage du haut niveau, il faut l'accepter et maintenir le cap. Au début de la compétition, on avait comme objectif de n'avoir aucun regret. Pour l'instant, on a des regrets. Avec ce qu'on a vécu ensemble depuis le début de cette aventure, ce serait dommage de terminer comme ça. On a un jour de repos avant de jouer l'Allemagne, il va falloir s'en servir pour se ressourcer. On avait fait jeu égal contre les Allemandes cet hiver lorsqu'on les avait affrontées en amical, mais on n'a pas de marge. Donc il faut que tout le monde soit, en même temps, concentré, motivé et engagé, tout en gardant sa lucidité. Ça n'a rien de facile, mais on ne va pas s'échapper, on va trouver les ressources et on va réussir à se remotiver."