Accueil >>
HOME
06/09/2019
Euro U19 (F) - La France battue par la Turquie
Dominée par la Turquie ce jeudi (20-25, 18-25, 17-25), l'équipe de France féminine des moins de 19 ans repart sans victoire du Championnat d'Europe organisé en Albanie.
Les joueuses de l'équipe de France U19 ne garderont pas un grand souvenir du championnat d'Europe 2018 en Albanie, au cours duquel elles n'auront pas réussi à décrocher une victoire, malgré des prestations encourageantes. Déjà battues par la Slovaquie, la Russie, la Serbie et l'Allemagne, les Juniores se sont inclinées en trois sets face à la Turquie, pour leur dernier match à l'Olimpik Park de Tirana.

Tout au long du tournoi, l'inconstance aura été le problème principal de cette équipe de France capable, par séquences, du meilleur comme du pire. Ce jeudi, les joueuses de Philippe Salvan ont une nouvelle fois été pénalisées par de trop nombreux passages à vide. Face à une équipe de Turquie qui avait besoin d'une victoire en 3 ou en 4 sets pour espérer se qualifier en demi-finale, les Françaises entament plutôt bien la rencontre, avant de perdre sept points de suite (de 5-5 à 5-12). Malgré une belle combativité, elles n'arrivent ensuite pas à refaire leur retard dans la première manche (20-25).

Coupables de trop de fautes dans le premier set (10 au total, dont la moitié au service), les Juniores attaquent le deuxième acte avec concentration et détermination. La France prend les devants (5-1), mais c'est cette fois une série de six points marqués par la Turquie (de 8-5 à 8-11) qui inverse la tendance. Les Françaises ne commettent plus de fautes (aucun point donné dans le deuxième set), mais les joueuses de Sahin Catma sont sur un nuage (17 attaques gagnantes et 5 blocs dans la deuxième manche) et déroulent pour mener 2-0 (18-25).

Irréprochables en termes d'état d'esprit, les Françaises tentent de s'accrocher en début de troisième manche (7-7), mais la Turquie est en pleine confiance et vole vers la victoire (17-25 dans le troisième set). Le contrat est rempli pour Derya Cebecioglu (meilleure marqueuse du match avec 17 points) et ses partenaires qui s'ouvrent la porte du dernier carré. Si la Russie, invaincue jusqu'ici, gagne plus d'un set ce soir contre l'Allemagne, la Turquie sera en demi-finale. La France repart donc pour sa part sans victoire de Tirana. L'expérience aura été rude pour les jeunes Tricolores, mais comme le dit souvent l'entraîneur de l'équipe de France masculine Laurent Tillie, c'est dans la difficulté qu'on apprend et qu'on progresse...

Philippe Salvan, entraîneur de l'équipe de France : "Les joueuses avaient envie de passer un dernier bon moment ensemble. Elles savaient que c'était la fin d'une aventure, donc il y avait l'intention de bien faire. On s'est un peu laissés porter par le match, on s'est bagarrés par moments, mais ce match a un peu été à l'image de notre compétition. Il y a eu des moments intéressants et d'autres beaucoup moins. Pour arriver à battre des équipes de top niveau, et il y en avait quelques unes dans notre poule, il faut plus de constance dans le jeu. Dans le premier set par exemple, on est malmenés, mais on arrive à revenir à deux points, on a une occasion en or de revenir encore plus près, mais on fait une grosse faute. Ensuite ç'a été difficile mentalement. Elles ont chacune alternativement apporté un supplément d'âme, mais on ne l'a pas eu en même temps, ni assez longtemps. C'est une déception, bien sûr, mais rien n'est dû au hasard et les joueuses vont devoir se servir de cette expérience pour la suite de leur carrière. Elles vont avoir la chance, l'année prochaine, de pouvoir intégrer un championnat professionnel, donc ça va être à elles de rebondir et de tirer les leçons de cet Euro. J'ai eu la chance de travailler avec elles pendant un an, on a fait du mieux qu'on pouvait mais ça n'a clairement pas été suffisant. Je n'oublie pas non plus qu'on a vécu une super aventure durant les qualifications. Ce soir, les joueuses sont tristes, et c'est normal. Il vaut mieux être touché par la défaite, c'est comme ça qu'on trouve les leviers pour réagir. Cette expérience sera formatrice pour les joueuses, à condition qu'elles se posent les bonnes questions et qu'elles trouvent le déclic."