Accueil >>
HOME
23/01/2019
EuroVolley 2019 : Du lourd pour les Bleues !
Le tirage au sort des poules de l’EuroVolley 2019 féminin a eu lieu mercredi à Istanbul et il n’a pas été clément pour l’équipe de France : tombées dans la poule A à Ankara, les filles d’Emile Rousseaux affronteront la Turquie, la Serbie, la Bulgarie, la Finlande et la Grèce.
Après une campagne de qualification parfaite terminée début janvier (six victoires en six matchs, un seul set concédé), l’équipe de France a gagné le droit de retrouver l’EuroVolley après deux éditions pour lesquelles elle ne s’était pas qualifiée. Une compétition qui, en 2019 (23 août-8 septembre) et comme chez les garçons, se dispute pour la première fois à 24 équipes (contre 16 auparavant) et est co-organisée par quatre pays, en l'occurrence la Turquie, la Slovaquie, la Hongrie et la Pologne, qui accueillent chacun une poule de six équipes.

Le tirage au sort de ces poules a été effectué ce mercredi à Istanbul et le moins que l’on puisse dire, c’est que les « mains innocentes » n’ont pas été tendres avec les Bleues puisqu’elles sont tombées dans une poule A extrêmement relevée, dont les quinze matchs se dérouleront à Ankara.

Dans l’ordre du tirage au sort, sont ainsi proposées aux Tricolores : la Turquie, équipe en progrès constants, 5e au classement européen, 2e de la Volleyball Nations League et 10e du Championnat du monde en 2018, médaillée de bronze à l'EuroVolley 2017 ; la Serbie, n°1 mondiale et européenne, championne du monde en octobre au Japon et championne d'Europe en titre ; la Bulgarie, 8e nation européenne, 12e de ce même Mondial et victorieuse l’été dernier de la Golden European League, qui sera le premier adversaire des Bleues le 23 août (voir programme ci-dessous) ; la Finlande, 19e au classement européen, 4e de cette Golden European League 2018 dont les Françaises ont pris la 11e place, une équipe qui, ces derniers temps, a souvent battu la France et s’est qualifiée en prenant la deuxième place de la poule E derrière l’Estonie ; la Grèce, 28e nation européenne, qui, comme la France (16e), a survolé sa poule de qualification en remportant ses six matchs, preuve qu’il faudra la prendre très au sérieux.

Bref, une poule A très forte qui, selon les mots d’Emile Rousseaux, le sélectionneur de France, obligera les partenaires de Juliette Fidon "à l’excellence" si elles veulent en sortir et se qualifier pour les 8e de finale (les quatre premiers passent). En 8e de finale, la poule A croisera avec la C, composée de la Hongrie, des Pays-Bas, de la Croatie, de l’Azerbaïdjan, de la Roumanie et de l’Estonie.

La réaction d’Emile Rousseaux, sélectionneur de l’équipe de France :
« C’est costaud ! Parmi les quatre pays organisateurs, j’avais dit qu’il fallait éviter la poule de la Turquie, nous tombons dedans. La Turquie est une très bonne équipe qui monte en puissance et obtient ces derniers temps de très bons résultats. La Serbie est championne du monde, ça veut tout dire, ça sera un match extraordinaire à jouer pour les filles. La Bulgarie est une nation solide, la Finlande est une équipe contre laquelle nous ne gagnons plus ces dernières années en Golden League, tandis que la Grèce est une nation qui, si on regarde le passé, est à notre portée, mais qui a fait récemment de gros progrès, elle s’est nettement améliorée, ce n’est plus une petite nation. C’est donc une poule canon, aucune équipe ne me paraît inférieure à la nôtre, nous n’aurons qu’une option, celle de l’excellence, il faudra essayer de tirer le maximum de notre potentiel. Sur cet Euro, on passe à un autre niveau, c’est formidable de s’être qualifié pour tomber dans une poule comme ça, parce que ça fait partie de l’apprentissage d’un niveau auquel ont doit absolument se confronter pour accumuler de l’expérience et progresser. Nous sommes dans une logique où il faut apprendre en jouant des matchs de top niveau, cette poule va nous en donner l’opportunité, c’est un cadeau des dieux ».

Le programme de la poule A (horaires et ordre des matchs pas encore communiqués) :

Vendredi 23 août :
France-Bulgarie, Serbie-Finlande et Turquie-Grèce
Samedi 24 août : Finlande-Turquie et France-Grèce
Dimanche 25 août : Bulgarie-Serbie et Grèce-Finlande
Lundi 26 août : France-Serbie et Turquie-Bulgarie
Mardi 27 août : Finlande-France et Grèce-Bulgarie
Mercredi 28 août : France-Turquie et Serbie-Grèce
Jeudi 29 août : Bulgarie-Finlande et Turquie-Serbie


Les quatre poules : 


Poule A (Ankara/Turquie) : Turquie, Serbie, Bulgarie, France, Finlande, Grèce
Poule B (Lodz/Pologne) : Pologne, Italie, Belgique, Ukraine, Portugal, Slovénie
Poule C (Budapest/Hongrie) : Hongrie, Pays-Bas, Croatie, Azerbaïdjan, Roumanie, Estonie
Poule D (Bratislava/Slovaquie) : Slovaquie, Russie, Allemagne, Biélorussie, Espagne, Suisse