Accueil >>
HOME
(Miniature) L'interview bleue : Christina Bauer
Photo : Julien Crosnier / FFVolley
23/12/2020
L'interview bleue : Christina Bauer
Absente des terrains depuis l’Euro 2019, puisqu’elle a donné naissance en avril dernier à une petite fille, Christina Bauer fera son grand retour début 2021 : elle a en effet signé à Mulhouse, le club de ses débuts, en tant que joker médicale de Léandra Olinga Andela. L’occasion d’échanger avec la centrale internationale de 32 ans.
Peux-tu nous raconter comment s’est fait ce retour à Mulhouse, où tu as évolué de 2004 à 2010 ?
Suite à la blessure de Léandra (rupture des ligaments croisés du genou gauche il y a une semaine à Nantes), j’ai été contactée par Mulhouse qui m’a demandé si c’était possible que je joue pour eux jusqu’à la fin de la saison. J’ai réfléchi un peu parce que c’était compliqué de m’organiser avec ma famille, mais finalement, j'ai pris la décision d'accepter et je reprendrai à la rentrée le 4 janvier. Le choix a été assez rapide, pour plusieurs raisons : Mulhouse est un club que je connais bien, c’est un très bon challenge sportif et c’est aussi un choix affectif, sachant que ma famille vit du côté de Mulhouse. C’est aussi un beau cadeau que je fais à mes proches qui vont avoir l’occasion de passer plus de temps avec ma fille qui va avoir 8 mois.

Commençais-tu de ton côté à avoir des démangeaisons à l’idée de rejouer ?
Je pensais déjà recommencer dès la reprise au mois d’août, mon souhait au départ était de rester dans le Sud, puisque nous vivons avec mon compagnon et ma fille au Cannet. Malheureusement, je n’ai pas réussi à me mettre d’accord avec un club dans le coin, donc je me suis dit que j’allais reprendre en janvier. J’avais aussi regardé du côté de la nouvelle Ligue américaine qui se lance cette année, ça aurait pu être une chouette opportunité, finalement, l’offre de Mulhouse est arrivée, je suis très contente de ce retour, même si je sais que ce n’est jamais évident de remplacer une joueuse blessée. C’est une situation nouvelle pour moi, c’est la première fois que j’arrive en tant que joker médicale.

Te voir revenir à Mulhouse dix ans après ton départ, c’est aussi un beau clin d’œil du destin ?
Oui, clairement, c’est là que tout a commencé pour moi, j’ai passé six très belles années ici, pendant lesquelles je n’ai malheureusement pas réussi à remporter de titre, on a perdu des finales (de championnat et de Coupe de France), à chaque fois contre le RC Cannes, mon souhait en revenant est aussi de gagner un titre avec Mulhouse. Quand j’étais revenue en 2017 en France à Cannes, c’était clairement dans cet objectif (elle a remporté la Coupe en 2018, le championnat un an plus tard), c’est un souhait que je réitère, ça me tient vraiment à cœur de gagner un jour un titre avec cette équipe, car c’est un club qui a été important pour moi, c’est une ambiance familiale, je m’y sens bien. Ce serait beau !

"Un challenge sportif"

Cette saison est particulière parce qu’il n’y aura pas de playoffs, chaque match de Ligue A va donc être vraiment décisif, cela met-il un peu plus de pression ?
Quand je parle de challenge sportif, c’est aussi ça, ça va être important pour moi d’être opérationnelle et performante dès le début. Ce qui n’est pas forcément évident, parce que je reviens d’un long stop sans compétition, mon dernier match officiel remonte au championnat d’Europe en Turquie. J’ai quand même eu la grande chance de pouvoir m’entraîner avec Le Cannet depuis la reprise, ça fait quatre mois que je fais les séances avec les filles, ce qui m’a permis de revenir physiquement, le challenge pour moi va être de reprendre le rythme des matchs, avec effectivement que des matchs très importants en Championnat du fait qu’il n’y ait pas de playoffs, mais aussi avec la Ligue des champions. Il va falloir que je sois performante sur toute cette période de quatre mois.

Revenons sur ta coupure de plus d’un an, on imagine que cette année 2020 a été particulière pour toi, entre la naissance de ta fille et les périodes de confinement, comment as-tu vécu tout ça ?
La grossesse s’est très bien passée, j’ai eu la chance de ne jamais me sentir mal, j’ai réussi à continuer à faire du sport à côté jusqu’au premier confinement. Après, finalement, cette période du premier confinement a été un bon souvenir parce que ça a permis à mon compagnon d’être présent à mes côtés, puis, après la naissance, de pouvoir bien profiter de sa fille pendant les premières semaines. Maintenant, le nouveau challenge pour nous est de s’organiser parce qu’au départ, nous avions émis le souhait de rester dans le Sud ; là, nous allons déménager pour quatre mois à Mulhouse. Et à titre personnel, ça sera la toute première fois que je laisserai ma fille, donc c’est un nouveau rythme à prendre pour chacun. Et c’est aussi pour ça que j’ai la chance de pouvoir compter sur ma famille à Mulhouse, c’est important pour moi d’avoir ce soutien.

"Une grande pensée pour Léandra"

Tu le disais, ton dernier match remonte à l’Euro 2019 avec l’équipe de France, celle-ci va avoir un calendrier assez chargé à partir de mai, fait-elle partie de tes objectifs ?
La première des choses est de reprendre la compétition avec Mulhouse, il faut voir à quel niveau je vais revenir et si je vais réussir à tenir physiquement l’enchaînement des matchs. C’est vrai que le calendrier de l’équipe de France s’annonce chargé, avec peut-être un championnat d’Europe au bout, donc il y a une possibilité que je revienne si Emile (Rousseaux) fait appel à moi, mais on verra le moment venu. Il faudra aussi voir comment je pourrai m’organiser, parce qu’en équipe de France, les périodes d’absence sont plus longues qu’en club. Mais c’est surtout en fonction de mon niveau que ça se décidera.

As-tu déjà regardé quel sera ton premier match avec Mulhouse ?
Oui, ce sera pour la reprise en janvier à Istres (le 23 janvier). Ensuite, il y aura un match reporté face au Cannet que je ne pourrai donc pas jouer (match en retard de la 6e journée le 26 janvier), certaines des filles avec lesquelles je m’entraînais là-bas m’ont d’ailleurs taquinée à ce propos. Ce qui est certain, c’est que j’ai hâte, c’est vraiment chouette de rejouer, qui plus est à Mulhouse, c’est une super opportunité. Après, je n’oublie pas que c’est lié à la blessure de Léandra pour qui j’ai une grande pensée, ce n’est pas simple pour elle, d’autant que c’est la deuxième blessure de ce genre et qu’elle faisait de super résultats avec Mulhouse. Elle avait énormément progressé, elle était sur une phase ascendante, c’est dur pour elle et ses coéquipières, je lui souhaite de revenir au plus vite.