Accueil >>
EQUIPES DE FRANCE >> Volley-Ball >> Masculins >> Le Groupe France
 


>> Téléchargez des photos libres de droit
crédit : Julien CROSNIER
 
 

Jenia GREBENNIKOV– N°2 – Libéro


Date de naissance : 13/08/1990 à Rennes (35)
Taille : 1m88 Poids : 85 kg
Hauteur d’attaque : 3m45
Hauteur de block : 3m30

Club (2016-2018) : Treia (Italie)
2015-2016 : Treia (Italie)
2013-2014 à 2014-2015  :  VfB Friedrichshafen
2008-2009 à 2012-2013 : Rennes Volley 35

--------------------------------------------------
Palmarès en club
2017 : Vainqueur de la Coupe et du Championnat d’Italie (Treia)
2015 : Vainqueur de la Coupe et du Championnat d’Allemagne (Friedrichschafen)
2012 : Vainqueur de la Coupe de France et désigné MVP de la saison (Rennes)
2011 : Meilleur libero de l’année (Rennes)
2009 : Meilleur libero de l’année et révélation de l’année (Rennes)

Palmarès international :
2017 : Médaille d’Or Ligue Mondiale
2016 : Médaille de bronze Ligue Mondiale I Meilleur libero
2015 : Champion d’Europe I Meilleur libero
2015 : Médaille d’Or Ligue Mondiale
2014 : Demi-Finaliste Championnat du Monde I Meilleur libero



  @GrebennikovJeni


 

Difficile d’échapper à une destinée de volleyeur lorsque père, mère et frère sont baignés dans cet univers depuis toujours. C’est pourtant ce qui a failli arriver à Jenia Grebennikov, né il y a 25 ans à Rennes, qui a longtemps hésité entre le sport familial et le hockey-sur-glace, pratiqué à bon niveau. « A 15 ans, mon père, ancien international pour l’URSS, m’a demandé de choisir. J’ai opté pour le volley, parce qu’il venait d’être nommé entraîneur du Rennes VB, je me suis dit que c’était plus simple pour devenir pro. » Car depuis tout jeune, l’objectif du jeune homme, très attaché à ses origines russe (Nijni-Novgorod) et kazakhe, était de faire du sport son métier. L’objectif est vite atteint puisqu’il signe son premier contrat à 18 ans à Rennes, se fixant au poste de libero, là encore conseillé par son père qui estime que c’est là qu’il a le plus de chances d’intégrer l’équipe de France. « C’est un poste un peu ingrat : tu passes ton temps à plonger partout pour ramasser des ballons, à faire des relances, des réceptions, des défenses. Tu n’es pas dans la lumière, mais en même temps, c’est un poste clé car il faut faire en sorte de mettre le passeur dans de bonnes conditions. » Un poste-clé dont l’intéressé est devenu l’un des meilleurs spécialistes de la planète, « le meilleur » pour Laurent Tillie, au gré de ses passages par l’Allemagne (Friedrichshafen) puis l’Italie (Lube Civitanova, champion d’Italie en 2017), faisant preuve d’une grosse force de caractère pour s’imposer partout où il a posé ses valises. Jeune homme simple et souriant dans la vie, attaché à sa famille, ses amis et sa ville natale, le libero tricolore s’épanouit en équipe de France, sur le terrain et en dehors. « Nous apportons tous notre grain de folie, le plaisir d’être ensemble et notre passion pour le volley. Nous sommes tous potes, nous nous tirons vers le haut, pour faire en sorte d’aller tous vers le même objectif ». A Rio lors des Jeux 2016, cet objectif n’a pas été atteint, au grand dam de l’intéressé : « Nous avons tellement galéré pour nous qualifier que nous en avons peut-être oublié la finalité qui était de gagner. Le plus dur à vivre pour moi a été le retour en avion : quand tu vois tous les médaillés autour et que toi, tu n’as rien, tu prends vraiment conscience de la valeur d’une médaille. Mais ça restera une très bonne leçon. » Et les leçons, Jenia Grebennikov les apprend vite…

Un surnom :
« Grebe, tout simplement ! »

Jenia et le sport :
« A Rennes, dès que j’avais le temps, j’allais voir les matches du Stade Rennais en foot, de Cesson-Sévigné en hand, je garde aussi un œil sur les résultats du championnat russe de volley parce que mon père est parti entraîner là-bas. Mes sportifs préférés ? Zinédine Zidane, qui, en plus de son talent, dégage beaucoup de charisme, et Roger Federer, qui a un palmarès incroyable et encore aujourd’hui un niveau de jeu impressionnant. »

L’oeil de Laurent Tillie :
« Jenia, c’est la joie de vivre, il a toujours le sourire. Sur le terrain, il dégage toujours une grosse envie de jouer, il fait preuve de courage aussi parce qu’il est sur un poste difficile qui demande beaucoup d’abnégation et de travail. Pour moi, c’est le meilleur libero du monde. »