Accueil >>
EQUIPES DE FRANCE >> Volley-Ball >> Masculins >> Le Groupe France
  
    Paolo PERRONE - Statisticien


Nouveau venu dans le staff de l’équipe de France, Paolo Perrone n’est cependant pas tout à fait un novice, puisqu’il avait déjà fait une pige avec les Bleus lors du Tournoi de qualification olympique de Berlin, en janvier 2016. « C’est Fabrice Chalendar, avec qui j’avais travaillé à Lyon, qui m’a dit que Thomas Bortolussi, le statisticien des Bleus, cherchait quelqu’un pour le seconder », raconte le jeune homme, lui-même ancien joueur de volley, à Cuneo, sa ville natale. « A 18 ans, on m’a proposé de devenir entraîneur statisticien pour l’équipe de ma ville natale, puis quand Cuneo a arrêté, Silvano Prandi, avec qui j’avais travaillé, m’a proposé de le rejoindre à Lyon, j’ai fait deux saisons là-bas. » Voilà comment la connexion franco-italienne s’est faite et la raison pour laquelle on retrouve Paolo Perrone au poste de scout des Bleus, lui qui officiera par ailleurs après l’été 2017 aux côtés d’Andrea Giani à Milan. Un rôle qu’il prend à cœur tant en club qu’en sélection, confiant regarder jusqu’à trois matchs par jour. « C’est un travail où tu ne te reposes jamais », souffle ce passionné de volley, qui, plus jeune, admirait l’Espagnol Rafael Pascual, ancien joueur de Cuneo, et a pour ambition clairement affichée de devenir entraîneur : « Le volley, c’est ma vie ». L’image que lui renvoie l’équipe de France ? « C’est une équipe qui donne une très belle impression, tous les joueurs et le staff vivent bien ensemble, c’est beau à voir, c’est vraiment un plaisir d’être ici », conclut l’intéressé, également fan de foot et de ski – avec une prédilection pour la Juventus de Turin et l’ancienne « Bomba », Alberto Tomba.

L’œil de Laurent Tillie : « Paolo prend la suite de Thomas Bortolussi qui avait beaucoup donné. Il était avec nous à Berlin en janvier 2016, il est à la pointe au niveau de tout ce qui est données, il nous amène une nouvelle vision sur les préparations de match et les observations, importée de ce qu’il a appris dans le Championnat italien. »