Accueil >>
HOME
(Miniature) TQO : La Pologne au-dessus des Bleus
Photo : J.M. Hervio / FFVolley
10/08/2019
TQO : La Pologne au-dessus des Bleus
L'équipe de France s'est inclinée samedi à Gdansk lors de son deuxième match du Tournoi de qualification olympique face à la Pologne double championne du monde en titre (25-21, 25-19, 25-20). Sauf scénario très improbable dimanche, elle ne remportera pas ce tournoi et jouera sa dernière chance de qualification pour les JO de Tokyo en janvier.
Avant de défier la Pologne ce samedi à Gdansk, Laurent Tillie avait bien résumé le challenge qui attendait son équipe de France : pour empêcher les doubles champions du monde en titre de remporter ce TQO, il lui faudrait réaliser l’un des plus grands exploits, si ce n’est le plus grand, de l’histoire du volley tricolore. Tout était en effet réuni pour que les hommes de Vital Heynen terminent premiers et décrochent ainsi leur qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo : un calendrier taillé sur mesure, offrant très peu de récupération à la France, ciblée comme l’adversaire n°1, 15 000 spectateurs acquis à la cause adverse dans une Ergo Arena chauffée à blanc, et, il faut bien le reconnaître, une formation polonaise, renforcée par l’ex-Cubain Wilfredo Leon, qui a su assumer son statut de grande favorite du tournoi et, sur ce match, aura été supérieure aux hommes de Laurent Tillie dans tous les domaines.

Certes, après sa victoire en trois sets face aux Bleus, la Pologne n’est pas encore assurée de la première place donc mathématiquement qualifiée, mais il faudrait un cataclysme (très large victoire française 3-0 dimanche face à la Tunisie et très lourde défaite 0-3 de la Pologne face à la Slovénie), pour que les partenaires du capitaine Michal Kubiak n’aient pas leur billet pour Tokyo à l’issue de ce week-end. L’équipe de France devra quant à elle en passer par un ultime TQO européen de tous les dangers en janvier 2020 pour espérer être du voyage nippon (seul le premier sera qualifié). En attendant, elle a encore un match à jouer dimanche face à la Tunisie championne d’Afrique, puis un EuroVolley à la maison à préparer dès son retour en France, avec pas mal d’axes de travail pour prétendre rivaliser avec les favoris, dont fera indéniablement partie la Pologne, au regard du match du jour.

Car si les Bleus ont su pendant toute la rencontre respecter le mot d’ordre qui était de ne pas s’affoler dans l’adversité et de continuer à défendre, ils ont la plupart du temps couru après le score, dominés sur les points forts adverses, le physique et le service/bloc. Après un premier set conclu par Wilfredo Leon (21-25), indéniablement une arme fatale de plus pour l’équipe de Vital Heynen (meilleur marqueur du match avec 17 points), les Bleus ont réussi deux bonnes entames sur les sets suivant en prenant le score, mais à chaque fois, le rouleau compresseur polonais s’est alors mis en marche, bloquant notamment Stephen Boyer (35% de réussite offensive, 9 points) et Earvin Ngapeth (32% et 8 points), clairement identifiés comme les hommes à contrer par les centraux polonais Piotr Nowakowski et Mateusz Bienek (4 blocs chacun pour 12 au total contre 5 pour la France).

La puissance de Wilfredo Leon et la réussite de Michal Kubiak au service (11 points), qui a fait souffrir la réception tricolore comme sur cette série de cinq points consécutifs au deuxième set (de 8-7 pour la France à 8-12), ont fait le reste, illustrant la supériorité de cette Pologne imprenable dans son écrin de Gdansk. Où les Bleus retourneront dimanche à midi une dernière fois pour un match pour l’honneur face à la Tunisie, qui servira d’ores et déjà à préparer le deuxième grand objectif de la saison, l’EuroVolley (12-29 septembre).

Les réactions :

Laurent Tillie, entraîneur de l’équipe de France :
« Il n’y a rien à dire sur le match, on a tout essayé, ils étaient plus forts que nous dans tous les domaines. C’était très propre au service/bloc, on a réussi à défendre, mais on n’a pas fait de points sur contre-attaque, donc c’était un peu compliqué, alors qu’eux ont eu de la réussite dans leurs contre-attaques, on a été étouffés dans tous les secteurs du jeu, on n’a pas senti de moments où on pouvait rivaliser, il a fallu à chaque fois qu’ils poussent sur l’accélérateur pour passer devant. Il n’y a rien à dire, on prend 3-0, la Pologne est plus forte, la marche est encore un peu haute, aujourd’hui, il n’y a pas de regrets, même si on a manqué parfois d’un peu de sérénité et de lucidité, avec des ballons qui tombent entre deux joueurs, des moments où on se rentre dedans pour faire une passe... On sait maintenant ce qu’il reste à faire en vue du Championnat d’Europe qui commence dans un mois : progresser au bloc, au service, un peu partout… »

Benjamin Toniutti, passeur et capitaine de l’équipe de France : « Nous avons été dominés du début à la fin, ils mettent une telle pression que c’est compliqué. C’est dur à digérer, parce qu’on travaille depuis longtemps pour performer sur ce genre de rencontre, la Pologne, c’est ce qui se fait de mieux, et aujourd’hui, on est largement au-dessous d’eux. Si on veut performer à l’Euro, il va falloir augmenter notre niveau de jeu contre des équipes comme ça qui seront présentes. »

Jenia Grebennikov, libero de l’équipe de France : « C’était un match compliqué pour nous, ils nous ont mis beaucoup de pression au service, au bloc, on n’a pas réussi à trouver de solutions à l’attaque, ils ont été un peu meilleurs dans tous les compartiments du jeu. Ils ont mis la barre haut, ils ont très très bien joué, bravo à eux. Vu comment ils jouent, je ne vois pas les Polonais perdre demain contre la Slovénie, en plus, on prend un 3-0 assez sec, donc on se reverra en janvier pour la qualification. En attendant, il va falloir travailler et progresser pour atteindre le niveau des Polonais, à commencer pour l’Euro à la maison. »

Kevin Tillie, réceptionneur/attaquant de l’équipe de France :
« Ça a été un match difficile, ils nous ont physiquement tués, on n’a pas eu de solutions. On a fait beaucoup de défense, on a quand même bien tenu en réception, mais à l’attaque, on a été petits par rapport à eux, ils étaient plus forts. »
 
RÉSULTATS ET PROGRAMME DU TQO 

Vendredi 9 août :
17h00 : Pologne - Tunisie 3-0 (25-15, 25-19, 25-19)
20h30 : France - Slovénie 3-0 (26-24, 25-20, 25-23)
> La feuille de match
> Les photos

Samedi 10 août :
15h00 : Pologne - France (25-21, 25-19, 25-20)
> La feuille de match
Les photos
18h30 : Tunisie - Slovénie

Dimanche 11 août :
12h00 : France - Tunisie 
15h00 : Pologne - Slovénie


DIFFUSION

Tous les matchs de l'Equipe de France diffusés en direct sur :













 

 

 INFORMATIONS PRESSE



 Télécharger le Dossier de Presse 


>
 Site officiel de la compétition volleyball.ioqt.2019.fivb




LE GROUPE FRANCE 



 2 - GREBENNIKOV Jénia - Libero - 13/08/90 - TRENTO (ITA)

4 - PATRY Jean - Pointu - 27/12/96 - TOP LATINA (ITA)
6 - TONIUTTI Benjamin - Passeur - 30/10/89 - ZAKSA KEDZIERZYN-KOZLE (POL)
7. TILLIE Kevin Récep/Attaquant 02/11/90 VARSOVIE (POL)
8 - LYNEEL Julien - Récep/Attaquant - 15/04/90 - JASTRZĘBSKI WĘGIEL (POL)
9 - NGAPETH Earvin - Récep/Attaquant - 12/02/91 - KAZAN (RUS)
10 - LE ROUX Kévin - Central - 11/05/89 - PEKIN (CHI)
11 - BRIZARD Antoine - Passeur - 22/05/94 VARSOVIE(POL)
12 - BOYER Stephen - Pointu - 10/04/96 - VÉRONE (ITA)
14 - LE GOFF Nicolas - Central - 15/02/92 -  BERLIN (ALL)
16- BULTOR Daryl- Central - 17/11/1995 - ARAGO SETE
17. CLEVENOT Trévor - Récep/Attaquant - 28/06/94 - MILAN (ITA)
18 - ROSSARD Thibault - Récep/Attaquant - 28/08/93 - FENERBAHCE (TUR)
21 - CHINENYEZE Barthelemy - Central - 28/02/98 VIBO VALENTIA (ITA)


STAFF


Entraîneur : Laurent TILLIE
Entraîneur adjoint :Arnaud JOSSERAND  
Entraîneur adjoint : Cédric ENARD
Docteur : Josselin LAFFOND /  Eric VERDONCK
Kinésithérapeute:  Jean-Paul ANDREA
Préparateur physique : Olivier MAURELLI
Statisticien : Paolo PERRONE